Bienvenue sur ASRF.                     Plein Ecran = F11 Administration du Site |Administration du Blog 

 

 
 
Association des Saint Romain de France

ASSOCIATION Loi 1901

  N° SIRET : 507 964 518 00017             Code APE : 9499Z

  En date du 11-04-2008

votre météo à 4 jours  Ecouter la Musique

Bienvenue sur Saint-Romain.org

       Amitié, convivialité et partage sont les maitres mots de notre association 

                    Les 32 villes et villages qui ont pour patronyme Saint Romain sont toutes des petites communes et font partie de la même strat:  < 5000 habitants.

                 Crée en juin 2008, l'association des Saint Romain de France a pour ambition de réunir chaque année le maximum de ces communes dans un lieu différent. La bonne humeur, la convivialité et l'amitié sont les seules obligations..

                Actuellement bon nombre de SAINT ROMAIN nous ont rejoint et se sont déclarés prêt à organiser les  prochaines Romanaises.  Le calendrier est déjà complet pour les 8/10 années qui viennent.


 
Romain de Condat dit "du Jura"
(400 ap.JC)

Romain de Condat (Saint Romain et Saint Lucipin)

             Saint Romain, qui naquit vers la fin du IVème siècle (vers 390), est originaire d’Izernore dans le Haut-Bugey, non loin de Nantua, actuel département de l’Ain. Il reçut une éducation très soignée au monastère lyonnais d’Ainay, en ayant pour maître Saint Sabin. Il se retire à Condat à 35 ans, au milieu des forêts sauvages du Jura et y fonde un premier monastère (monasterium Condastiscense). En 425, délaissant sa famille, il décida de se retirer comme ermite dans les montagnes du Jura. Il prit son chemin vers l’est, traversa de grandes forêts et finit par atteindre la Bienne. Il venait de trouver ce qui lui convenait : de la terre labourable, des arbres et du silence. À Condat (auj. Saint-Claude), il trouva refuge sous un grand sapin solitaire dont les branches épaisses formaient une sorte de voûte impénétrable à la pluie. En dehors de l’abri jaillissait une fontaine fraîche où il pouvait de désaltérer. Sa nourriture était constituée de baies sauvages. Il avait apporté une bêche et des graines. Il y partagea son temps entre la prière et le travail des mains. Il passa ainsi quelques années dans la solitude et au milieu des bêtes féroces. Quelques années plus tard son frère Lupicin, qui s’était marié, perdit sa femme et aussi son père. Il vint le rejoindre et priaient tous les jours en se prosternant contre terre et vivaient du fruit de leur labeur. Ils avaient établi leur demeure au fond d’une gorge, sous un énorme sapin. Ce fut le noyau autour duquel se forma l’abbaye de Condat. Très vite, des disciples arrivèrent. Les deux frères animaient ensemble la communauté.

 

             Il bâtit pour son frère un monastère à Lauconne, pour sa soeur Yole un monastère de femmes, à La Balme
( Balma : beaume, toponyme commun à différentes régions ), sans compter celui de Romainmôtier , dans l’actuel canton de Vaud, au départ simple ermitage, mais devenu une abbaye de renom. Saint Romain et saint Lupicin avaient installé leur sœur Yole (Iola) comme abbesse de leur fondation pour moniales au monastère de la Balme, sur un rocher surplombant une combe pittoresque qui s’ouvre sur la rive droite de la Bienne, appelé ensuite Saint-Romain-de-Roche (aujourd’hui Pratz). Jusqu’à 125 religieuses occupèrent ce monastère. Agé de 70 ans et sentant sa mort venir, Saint Romain vint rendre visite à sa sœur pour décéder au monastère de la Balme. C’est là qu’il fut enseveli en 460. Il y resta jusqu’en 1522, date à laquelle il fut consumé dans un incendie. Ses derniers restes sont aujourd’hui dans l’église de saint Romain de Roche.

          Romain et Lupicin étaient, dit-on complémentaires, le premier était d’une grande douceur et de grande indulgence, alors que le second était ferme et rigide. L’épisode suivant illustre bien ce fait : " Une année que les récoltes avaient été très abondantes, les religieux se relâchèrent de leur abstinence et ne se rendirent point aux douces observations de Romain.     Le saint abbé confia l’affaire à son frère, qui ne fit servir à la communauté, pendant un certain temps, que de la bouillie d’orge sans apprêt. Douze moines quittèrent le monastère, les autres retrouvèrent leur ferveur. Romain pleura ses douze religieux et se plaignit à son frère ; il versa tant de larmes et fit tant de prières, que les douze fugitifs revinrent et menèrent une vie austère et pleine d’édification". L’Abbaye de Condat prit ensuite le nom de Saint Oyend, après la mort de cet abbé. Ensuite, elle devint l’abbaye de Saint Claude après la mort de celui-ci.

         On représente saint Romain et saint Lupicin à genoux, sous une grêle de cailloux. Ou encore en abbé, travaillant la terre ou lavant les pieds des malades. Ou encore avec une crosse à la main et une petite église.